Détecter la maltraitance animale

11/06/2015 | Le Point Vétérinaire.fr
Le bureau de l'AFVE et les conférenciers de la journée du 6 juin.
© © Marine Neveux
L’Association francophone des vétérinaires praticiens de l’expertise (AFVE) a organisé trois jours d’enseignement et son assemblée générale du 4 au 6 juin à Lyon (Rhône). Morceaux choisis.

Une prise de conscience récente

« En 2011, aucune étude vétérinaire en France ne portait sur la maltraitance, alors que les vétérinaires anglo-saxons s’étaient déjà mobilisés sur le sujet », constate Dominique Autier-Dérian.
Où commence la maltraitance ? Une typologie est née d’un constat fait en médecine humaine, où un pédiatre avait constaté que la maltraitance auprès des enfants n’était pas prise en compte. En 1962, Kempe a ainsi proposé que la maltraitance infantile fasse partie du diagnostic différentiel. En 1996, par analogie, Munro a suggéré que l’on puisse parler de maltraitance dans une possibilité diagnostique pour un praticien vétérinaire.

Maltraitances animale et humaine

L’animal peut-il être une sentinelle de la maltraitance humaine ? « De nombreux arguments scientifiques et épidémiologiques le montrent », poursuit Dominique Autier-Dérian. Un individu cruel envers les animaux, ou qui l’a été dans son enfance, est à facteur accru de violence envers les personnes. 71 % des femmes battues déclarent que leur partenaire a menacé de maltraiter et/ou de tuer un animal ou plusieurs animaux du foyer.
Des études sont en cours sur les massacres dans les campus aux États-Unis, corrélés à des actes de cruauté sur des animaux. D’autres recherches portent sur les prisonniers.

Retrouvez l'intégralité de cet article en pages 12 à 13 de La Semaine Vétérinaire n° 1634.

Marine Neveux


A lire aussi :

Dans les cas de zoophilie, le risque associé de pédophilie ne peut être écarté. La Semaine Vétérinaire n° 1265 du 7 avril 2007.


Les dernières réactions

  • 11/06/2015 à 21:43
    lancelot
    alerter
    Prise de conscience recente sans doute mais surtout manque de coordination de la profession: Nos instances (par ex ordinales) reflechissent en groupe de travail pendant que d'autres agissent concretement. Nous sommes pourtant au centre de cette problematique nous veterinaires !
  • 11/06/2015 à 23:19
    biquette
    alerter
    Lettre ouverte du COVAC (collectif de vétérinaires pour l'abolition de la corrida) au CSO. L'AFT est une association de vétérinaires qui défend la corrida, pratique qui consiste à tuer à l'arme blanche un bovin dont l'agonie durera 20 min. On espère que le CSO des vétérinaires prendra position.
  • 11/06/2015 à 23:21
    biquette
    alerter
    Le COVAC a publié cette lettre sur son site internet (vétérinaires anticorrida dans google)
  • 13/06/2015 à 08:58
    FW dubitatif
    alerter
    Hélas, la maltraitance animale ne s'arrête pas à des sujets aussi symboliques que la corrida. L'AVEF, par exemple, réfléchit depuis plusieurs années au devenir des équidés en fin de vie, exclus de l'abattoir et abandonnés car devenus inintéressants sportivement.
    Chaque instance réfléchit de son côté, il y a même une nouvelle liste vétonet consacrée au bien-être animal, qui aborde un peu tous ces thèmes, preuve de l'intérêt grandissant de nos confrères pour ces sujets d'actualité.
    En terme de communication grand public, la place des vétérinaires doit être prépondérante dans ce débat, il convient ABSOLUMENT d'occuper ce terrain médiatique, nous sommes les mieux placés pour cela et ne pas le faire serait une erreur collective !
  • 13/06/2015 à 09:28
    biquette sceptique
    alerter
    Concernant la corrida, je ne suis pas du tout d'accord avec vous. C'est très emblématique et loin d'être un détail. Des confrères cautionnent 20 min de torture (considérée comme sévices graves et actes de cruauté par la loi française) sur un bovin jusqu'à sa mort et tout ça pour un loisir! C'est parfaitement inadmissible. Si le Conseil supérieur de l'Ordre ne prend pas position contre cette barbarie, je ne vois pas comment nous pouvons être crédibles sur d'autres sujets.
  • 08/07/2015 à 00:47
    aec
    alerter
    La réaction a été supprimée car elle ne respecte pas la charte du site.
  • 10/07/2015 à 11:45
    aec
    alerter
    La réaction a été supprimée car elle ne respecte pas la charte du site.
  • 10/07/2015 à 14:07
    aec
    alerter
    La réaction a été supprimée car elle ne respecte pas la charte du site.
  • 10/07/2015 à 23:12
    aec59
    alerter
    La réaction a été supprimée car elle ne respecte pas la charte du site.
  • 10/07/2015 à 23:13
    aec59
    alerter
    La réaction a été supprimée car elle ne respecte pas la charte du site.

Réagir à l'actualité

Pseudo :

 
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Identifiez-vous pour réagir Vous n'avez pas de compte ?
Publicité

L'infographie du mois

Boutique

Aussi bien destiné au vétérinaire, qu’à l’étudiant ou au personnel soignant, cet ouvrage vous apportera toutes les bases nécessaires à la consultation des NAC. Richement illustré de plus de 350 photos, doté de compléments internet vous permettant de télécharger des fiches d’examen et des fiches synthétiques par espèces, ce livre est indispensable pour débuter et progresser en médecine et chirurgie des NAC.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV

Publicité