Pratique actuelle d’analgésie chez les bovins

Guillaume Dartevelle | 28.05.2015 à 14:36:23 |
Vêlage douleur vétérinaire
© © Frédéric Decante

Le bien-être des animaux en élevage est au cœur des préoccupations actuelles. Le vétérinaire, de par sa situation dans les élevages et ses connaissances dans ce domaine, a un rôle prépondérant à jouer. Une enquête a été menée afin de recenser les pratiques des vétérinaires ainsi que leurs diverses motivations et réticences à ce sujet.

La majorité des vétérinaires interrogés (91,3 %) se sentent impliqués dans la prise en charge de la douleur.
Pour beaucoup d’entre eux (plus de 80 %), il s’agit avant tout d’une question d’éthique. Les deux autres raisons fréquemment citées sont :
- des raisons économiques (diminution des pertes de production) ;
- des raisons médicales (amélioration de la guérison ou de la récupération).
À propos des freins à l’utilisation de molécules analgésiques, les motifs couramment énoncés sont :
- le surcoût des traitements (78,3 %) ;
- le manque de connaissances sur la physiopathologie de la douleur (43,4 %) ;
- le manque d’autorisations de mise sur le marché (AMM) en médecine vétérinaire (41 %).
L’éleveur ne semble pas être un frein à l’utilisation d’analgésiques sur le terrain puisque plus de 85 % des praticiens interrogés estiment que la prise en charge de la douleur en élevage est bien acceptée par les éleveurs.

Retrouvez l'intégralité de cet article en pages 40 à 45 de La Semaine Vétérinaire n° 1632.

Guillaume Dartevelle
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK