Politique publique et bien-être animal

Marine Neveux | 02.04.2015 à 14:55:28 |
©

La Direction générale de l’alimentation (DGAL) a établi une stratégie à 5 ans de politique publique sur le bien-être animal, le contexte étant celui d’une évolution sociétale (débat sur le statut de l’animal, phénomène végane, attentes des consommateurs, etc.).

« La décision d’une feuille de route a été prise en juin dernier par le comité bien-être animal du Cnopsav », explique Jérôme Languille, chef du bureau de la protection animale de la DGAL.

En exergue
- Vétérinaire sanitaire et mandaté
« Les vétérinaires ont l’obligation d’informer sans délai les DDPP ou la préfecture s’ils constatent des manquements susceptibles de comporter un danger grave pour les personnes ou les animaux », martèle Jérôme Languille, chef du bureau de la protection animale de la DGAL.
Le rôle du vétérinaire mandaté est de se substituer aux services de l’État qui ne peuvent pas intervenir dans tous les domaines. L’idée est que l’État fasse appel plus systématiquement à des vétérinaires pour des expertises pour son compte. « On souhaite développer l’expertise et le contrôle par le vétérinaire. »
- Secret professionnel
À la question du secret professionnel auquel pourrait être confronté un vétérinaire pour dénoncer un cas de maltraitance, Michel Martin-Sisteron, du Conseil supérieur de l’Ordre, répond : « La problématique du secret professionnel est complexe et souvent opposée au juge. Le secret professionnel dont on parle dans la loi n’a jamais été défini clairement. Il renvoie à une notion d’éthique personnelle. » Jérôme Languille conclut que, « de même que les maladies graves, la maltraitance doit être signalée à l’Administration. Nous replaçons le vétérinaire comme expert, et en contrepartie, il lui appartient de jouer son rôle. »

Retrouvez l’intégralité de cet article en page 16 de La Semaine Vétérinaire n° 1624

Marine Neveux
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK