Quelles sources de protéines à l’horizon 2050 ?

Hélène Rose | 05.03.2015 à 10:40:50 |
©

En 2050, la population mondiale devrait dépasser 9 milliards, selon l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). Le développement des moyens d’assurer un apport protéique suffisant représente un enjeu sociétal fort.

La conférence sur “l’après-viande” organisée le 19 février à Paris par le Conservatoire national des arts et métiers (Cnam ) a permis aux intervenants d’exposer un état des lieux relatif aux sources de protéines actuelles disponibles et des projections pour l’avenir, ainsi que d’évoquer leur impact sur l’environnement.

Retrouvez l'intégralité de cet article en page 16 de La Semaine Vétérinaire n° 1620.

Hélène Rose
1 commentaire
avatar
pierremay@hotmail.com le 05-03-2015 à 23:49:36
les protéines animales d'origine insectes et acariens ou végétales d'origine aquatique telles que spiruline et chlorella sont 10 .000 fois moins polluantes en terme de coût carbonne, eau et pesticides qu'un stak de boeuf ! à méditer dans ces périodes de transition énergétique ...
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application
Télécharger l'application sous iPhone Télécharger l'application sous Android
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...