La rage, une maladie toujours d’actualité

Marine Neveux | 26.02.2015 à 15:06:57 |
©

Le dernier cas de rage autochtone chez un renard en France a été relevé en 1998. En 2001, la France a été déclarée indemne. Pour autant, la maladie et sa prévention restent de rigueur dans le monde, où elle tue encore une personne toutes les dix minutes, et en France, avec un risque toujours pesant de réémergence via des cas d’importation, par exemple.

La rage fait de temps à autre quelques apparitions aux yeux du grand public dans l’Hexagone avec des cas médiatiques, tel que celui, en Gironde en 2004, d’une chienne importée du Maroc en été. Celui-ci a nécessité des mesures de communication destinées à éviter une transmission alors que le maître et la chienne avaient parcouru plusieurs festivals de rue dans le grand Sud-Ouest. Il n’y a pas eu de cas secondaires.
La rage n’est donc pas une maladie du passé, ainsi que l’ont rappelé les experts en la matière le 9 octobre 2014, lors de la journée organisée par l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) et le ministère de l’Agriculture dans les locaux de l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE) à Paris.

Retrouvez l'intégralité de ce dossier en pages 29 à 34 de La Semaine Vétérinaire n° 1619.

Marine Neveux
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application
Télécharger l'application sous iPhone Télécharger l'application sous Android
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...