Médecine préventive : une stratégie d’entreprise à mettre en place

Fanny Garcia | 19.02.2015 à 11:18:36 |
©

Les visions des vétérinaires, de leurs ASV et des propriétaires d’animaux peuvent diverger en termes de médecine préventive. Le rôle du praticien est essentiel pour en expliquer l’intérêt.

Mieux vaut prévenir que guérir. Chacun connaît ce vieil adage, qui pourtant peine à s’appliquer dans certaines cliniques vétérinaires. Ce ne sont pas les propriétaires d’animaux qui sont à convaincre, mais les vétérinaires. Pour ces derniers, prévention rime surtout avec vaccination !
À l’occasion du tour de France (MP3 Tour) organisé par Hill’s, Merial et SantéVet entre janvier et mars 2015 (pour combattre les idées reçues des vétérinaires en médecine préventive), Ludovic Freyburger, maître de conférences en immunologie clinique et consultant en médecine préventive à VetAgro Sup, a présenté les résultats d’une grande enquête réalisée fin 2014.
Ainsi, alors qu’il existe une excellente corrélation entre les attentes des clients en médecine préventive et ce que les vétérinaires et les ASV jugent utile d’aborder en consultation, seuls 50 à 65 % des propriétaires reçoivent des informations sur l’hygiène dentaire, la stérilisation, le comportement et les vaccinations complémentaires.

Retrouvez l’intégralité de cet article en pages 40 à 42 de La Semaine Vétérinaire n°1618.

Fanny Garcia
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application
Télécharger l'application sous iPhone Télécharger l'application sous Android
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...