Intérêts et limites des différentes techniques de surveillance des maladies vectorielles

Stéphanie Padiolleau | 05.02.2015 à 14:44:36 |
©

A l’occasion de la séance thématique de l’académie vétérinaire de France sur les maladies vectorielles, le 29 janvier 2015, Barbara Dufour (Anses – ENV d’Alfort) a expliqué les méthodes utilisées dans la surveillance des maladies vectorielles.

La surveillance épidémiologique se décline sous plusieurs formes, qui se combinent en fonction des objectifs fixés et de leurs avantages et inconvénients.
- Une surveillance événementielle ou passive, se fonde sur la déclaration spontanée des suspicions (ex : FCO en Corse). Elle présente l’intérêt d’être exhaustive et utilisable sur l’ensemble du territoire, avec un coût faible, et peut être appliquée aux maladies exotiques. Par contre elle nécessite une activation régulière et son exhaustivité réelle est difficile.
- La surveillance syndromique repose sur le recueil et l’analyse d’indicateurs de santé (par exemple l’observatoire de la mortalité des bovins) ou de syndromes cliniques, comme le suivi des affections nerveuses des chevaux mis en place par le Respe. Exhaustive, elle n’est pas très spécifique et ne permet pas d’obtenir des résultats en temps réel.
- La surveillance programmée, ou active, consiste en une recherche ciblée avec des collectes d’échantillons répétées (sentinelles). D’un coût relativement faible, sa principale limite réside dans le choix de l’échantillon, dont dépend la précocité de la détection.
- La surveillance vectorielle (piégeage, récupération, tri et identifications des insectes) est utilisée pour définir les zones à risque, ou nouvellement colonisées, et les périodes d’inactivité des vecteurs. Encore faut-il que les pièges soient disposés au bon endroit ! La plupart sont de type attractifs, et ne permettent pas d’évaluer la densité de vecteurs.

Retrouvez l'intégralité de cet article en pages 14 à 15 de La Semaine Vétérinaire n° 1616.

Stéphanie Padiolleau
1 commentaire
avatar
Anonyme le 21-02-2015 à 09:16:40
For many people with svreee disabilities, there are additional problems. What if your disability makes it difficult for you to travel? Many people with svreee disabilities can't travel alone, so they can only travel when they can arrange to have an aid present, or they can only travel on good days' when they aren't in a lot of pain. Many people with svreee disabilities live on very limited fixed incomes, and can't afford to waste even a single dollar. Every dollar is budgeted for something, every month. To get sent on a run-around that costs multiple bus fairs may mean giving up meals, or a medication, for the month. People with svreee disabilities are likely to have someone else managing their money, which means they may not have a bank account in their own name, or any leases or utility bills in their own name. For people with svreee disabilities, proving that you exist to anyone other than the Social Security Administration can be nearly impossible. But, don't we have a right to vote too?
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application
Télécharger l'application sous iPhone Télécharger l'application sous Android
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...