Comment aborder l’antibiothérapie probabiliste

Le nom de l'auteur ici | 21.11.2014 à 16:22:45 |
© © Marine Neveux

L’antibiothérapie était un sujet d’actualité du congrès de l’Afvac à Paris et a fait l’objet d’une session le 13 novembre*.

Abordant l’antibiothérapie probabiliste, notre confrère Patrick Verwaede (école vétérinaire de Toulouse) développe comment la mettre en pratique. C’est une prescription avant que la nature et la sensibilité du/des microorganismes responsable de l’infection ne soient connues. « C’est une antibiothérapie curative, lors d’une infection bactérienne objectivée ». Elle est raisonnée pour choisir l’antibiotique le plus efficace. « Elle n’est ni empirique, ni à l’aveugle, ni large spectre » explique Patrick Verwaede. Elle est mise en place lorsque l’infection bactérienne engage le pronostic vital. Elle suppose d’avoir une idée du ou des germe(s) impliqués. « La coloration gram fait partie des outils diagnostics et des aides à l’antibiothérapie probabiliste ». La coloration gram permet de différencier les coques des bacilles, mais aussi les gram – des gram +. En outre, « une bonne pratique en matière d’antibiothérapie probabiliste commence toujours par un prélèvement pour antibiogramme qui permettra de réajuster si besoin ».
M.N.

* Lire aussi La Semaine Vétérinaire n°1606 du 21 novembre en pages 16 et 17
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application
Télécharger l'application sous iPhone Télécharger l'application sous Android
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...