Des animaux victimes de manifestations de syndicats agricoles

Le nom de l'auteur ici | 06.11.2014 à 16:40:47 |
©

Alors que plusieurs manifestations de syndicats agricoles ont lieu en France, l’œuvre d’assistance aux bêtes d’abattoir (OABA) dénonce l’attitude de syndicalistes qui ont maltraité plusieurs animaux à cette occasion.

Dans un communiqué de presse du 6 novembre, l’OABA s’indigne en effet de « syndicats agricoles (FNSEA et JA) qui ont montré leur vrai visage hier, lors des manifestations organisées dans de nombreuses villes de France. Outre les traditionnels dépôts et jets de fumier aux abords des bâtiments publics, certains syndicalistes ont volontairement maltraité plusieurs animaux ».

Des exemples et des faits : à Nantes, « des ragondins ont été abandonnés et torturés. L’OABA se constituera partie civile dans le cadre de la procédure pénale ouverte à l’initiative de la Fondation Brigitte Bardot » témoigne l’OABA.
Des vidéos en témoignent sur francetvinfo.fr, TF1, Sud ouest, youtube, etc.

L’OABA dépose aussi auprès du parquet de Niort, une plainte pour abandon d’animaux, car « un veau non identifié et une chèvre en mauvais état ont en effet été abandonnés par les représentants du monde agricole (FDSEA 79 et JA 79) dans le bureau de la permanence parlementaire de Madame Gaillard, auteure d’une récente proposition de loi sur la réforme du statut juridique de l’animal ».
Ces deux animaux ont pu, avec l’intervention de notre consoeur députée, regagner le refuge de Niort afin d’y être hébergés et soignés.
L’OABA dénonce « un intense lobbying auprès du législateur pour bloquer toute évolution normative en faveur des animaux, ajouté aux scandaleux faits d’hier ».

Pour notre confrère Jean-Pierre Kieffer, président de l’OABA « pour des syndicalistes agricoles, les animaux ne valent pas mieux que le fumier qu’ils répandent sur la voie publique ! ». Il appelle les éleveurs, « les vrais, ceux qui n’ont pas le temps de manifester car ils doivent s’occuper de leurs animaux, à se désolidariser de ces syndicats agricoles qui donnent à l’ensemble de nos concitoyens une image déplorable de leur profession ».

Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK