"Les chiens exposés à Ebola ne doivent pas être systématiquement euthanasiés"

Valentine Chamard | 27.10.2014 à 14:55:57 |
© © nopparit – Istock

La World Small Animal Veterinary Association (WSAVA) milite pour que les chiens exposés au virus Ebola dans les zones non endémiques fassent l'objet d'un suivi.

L’euthanasie du chien de l’aide-soignante espagnole contaminée par le virus, début octobre, a fait l’objet de polémiques, aussi bien auprès des défenseurs des animaux que de la communauté scientifique. La World Small Animal Veterinary Association (WSAVA) appelle à ce que les chiens exposés au virus dans les pays non endémiques soient placés en quarantaine et fassent l’objet de tests, plutôt que d’être systématiquement euthanasiés. Un point de vue relayé et partagé notamment par la British Small Animal Veterinary Association (BSAVA) et l’American Veterinary Medical Association (AVMA), qui ont mis en ligne sur leur site des recommandations pour les vétérinaires et les propriétaires. Le cavalier king-charles de l’infirmière de Dallas contaminée (et aujourd’hui guérie), bénéficie de ce dispositif. Isolé pendant 21 jours, il est actuellement pris en charge par les autorités sanitaires texanes.

 

Valentine Chamard
2 commentaires
avatar
Su le 28-10-2014 à 19:51:44
Et si ça arrive en France? L'Anses recommanderait une quarantaine aussi?
avatar
Valentine Chamard, Vétérinaire le 07-11-2014 à 14:39:16
Interrogé à ce sujet, le Ministère de l'Agriculture indique que "la question de la mise en quarantaine ou de l’euthanasie d’un animal de compagnie ayant été en contact avec un malade humain relève, à ce jour et au vu des connaissances scientifiques disponibles, d’une décision de gestion du risque particulière à chaque cas rencontré. Il convient, d’ailleurs, de rappeler que les conditions de quarantaine en cas de suspicion de présence du virus Ebola doivent être assurées de façon aussi stricte pour les animaux que pour les hommes et nécessitent donc un équipement particulier de très haut niveau de protection et de confinement de l’animal. Ce dispositif n’est pas toujours possible à mettre en œuvre suivant le cas."

Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application
Télécharger l'application sous iPhone Télécharger l'application sous Android
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...