11/10/2014 | Le Point Vétérinaire.fr

©

Immunologie

Un vaccin contre la paratuberculose bovine en une seule injection

La vaccination contre la paratuberculose nécessite une autorisation au cas par cas des autorités.

Le laboratoire espagnol CZ Veterinaria (CZV) annonce que son vaccin inactivé adjuvé contre la paratuberculose bovine, Silirum®, est disponible en France depuis le 1er septembre. Il est constitué de corps bactériens inactivés de Mycobacterium avium subsp. Paratuberculosis et d’un adjuvant à base d’huile minérale. Il est indiqué pour « réduire le nombre d’animaux excréteurs, le développement des lésions et la charge bactérienne. »

Une injection unique
Il s’administre en une seule injection à partir d’un mois d’âge, sans rappel annuel prévu dans le résumé des caractéristiques du produit (RCP). La durée d’immunité n’est pas établie. Mais le RCP laisse entendre qu’elle pourrait aller « jusqu’à 4 ans », selon les études terrain, notamment en termes de « réduction de l’excrétion et des lésions de paratuberculose ».

La principale mise en garde concerne l’interférence de l’immunité paratuberculose avec le dépistage de la tuberculose par intradermotuberculination ou dosage de l’interféron gamma. Cette interférence pourrait aussi persister pendant plusieurs années. En France, cette vaccination est ainsi interdite par l’arrêté du 15 septembre 2003 modifié récemment le 18 août 2014 du fait de ces interactions avec le dépistage de la tuberculose.

Deux conditions nécessaires
Cet arrêté prévoit néanmoins qu’elle puisse être autorisée au « cas par cas » par les directions départementales de protection des populations (DDPP) à la demande des éleveurs. Deux conditions sont nécessaires : l’absence de lésion de tuberculose constatée à l’abattoir depuis au moins 12 mois et la présence confirmée de la paratuberculose par des analyses de laboratoire. La commande et l’usage des vaccins seront alors contrôlés par les DDPP.

CZV est déjà connu pour son vaccin contre la paratuberculose ovine Gudair®. Sans autorisation de mise sur le marché (AMM) valable en France, ce vaccin est importé depuis 2009 par les éleveurs ovins dans le cadre de la cascade. Cela nécessite d’obtenir la double autorisation de vaccination de la DDPP et d’importation de l’Agence du médicament vétérinaire (Anses-ANMV).

Eric Vandaele

Les dernières réactions

  • 20/02/2015 à 14:50
    Anonyme
    alerter
    La réaction a été supprimée car elle ne respecte pas la charte du site.

Réagir à l'actualité

Pseudo :

 
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus
Publicité

L'infographie du mois

Boutique

Aussi bien destiné au vétérinaire, qu’à l’étudiant ou au personnel soignant, cet ouvrage vous apportera toutes les bases nécessaires à la consultation des NAC. Richement illustré de plus de 350 photos, doté de compléments internet vous permettant de télécharger des fiches d’examen et des fiches synthétiques par espèces, ce livre est indispensable pour débuter et progresser en médecine et chirurgie des NAC.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Agenda des formations

Retrouvez les différentes formations, évènements, congrès qui seront organisés dans les mois à venir. Vous pouvez cibler votre recherche par date, domaine d'activité, ou situation géographique.

Calendrier des formations pour les vétérinaires et auxiliaires vétérinaires

En savoir plus

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV

Publicité