Gérard Larcher revient au “plateau ” !

Marine Neveux | 09.10.2014 à 12:04:03 |
©

Le 1er octobre dernier, notre confrère Gérard Larcher (L 73) a accédé pour la deuxième fois à la présidence de la Haute Assemblée.

C’est la victoire de l’expérience, pour ce sénateur de longue date qui a su tisser et entretenir ses amitiés au Sénat. Pragmatique, sympathique, à l’écoute, sérieux, travailleur, il connaît le terrain, les terroirs, le sens humain. Autant d’atouts qui l’ont mené à la présidence du Sénat en ce mois d’octobre avec 194 voix. Qualifié de filloniste, il a affronté, bis repetitas, Jean-Pierre Raffarin, qualifié de sarkozyste. À 65 ans, il retrouve donc le “plateau” et promet une « opposition constructive ».

Un ancrage solide, un excellent bilan
Avec un brillant parcours politique, mais aussi un solide ancrage dans les terroirs français, Gérard Larcher est dans son élément au Sénat. Son père fut longtemps maire d’un village de l’Orne. La politique dans le sang, Gérard Larcher est élu maire de Rambouillet (Yvelines), sa ville d’exercice en clinique en 1983, à seulement 34 ans ! Longtemps praticien, il occupe le poste de vétérinaire de l’équipe de France de sports équestres de 1974 à 1979.
Efficace auprès des Rambolitains et actif dans les projets qui concernent l’ouest parisien, il se distingue par son travail parlementaire. Il est élu sénateur dès 1986.
Après trois années passées dans les gouvernements Raffarin 3 puis Villepin en tant que ministre du Travail de 2004 à 2007, il prouve son sens du dialogue social alors qu’il doit déminer la crise du contrat première embauche.
Homme de dialogue et de consensus et non de conflit, il sait néanmoins s’engager, comme récemment avec le soutien de la candidature de François Fillon face à Jean-François Copé (à la présidence de l’UMP).
Son bilan est également positif sur le plan financier, car il sait réduire les dépenses au Sénat. Durant son mandat, il réorganise cette institution en réformant notamment les systèmes de rémunérations, les retraites et les privilèges des sénateurs.

Retrouvez l'intégralité de cet article en pages 16 et 17 de La Semaine Vétérinaire n° 1600.

Marine Neveux
1 commentaire
avatar
JEAN FRANCOIS TOURREILLES, Vétérinaire le 09-10-2014 à 21:18:36
Bon point pour la profession. Enfin un politique qui ne sort pas de l'ENA et qui connaît le "terrain du travail".
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application
Télécharger l'application sous iPhone Télécharger l'application sous Android
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...