La grogne des professions libérales

Marine Neweux, Clarisse Burger | 18.09.2014 à 14:56:38 |
©

Face aux premières annonces d’Arnaud Montebourg, les professions réglementées réagissent. Ceux qui ont été qualifiés de « privilégiés » s’en défendent, agitent les contre-rapports. Notaires, huissiers et pharmaciens battent déjà le pavé.

Fin août, un nouveau ministre de l’Économie est nommé à Bercy. Pour autant, le gouvernement garde le cap de la réforme. Emmanuel Macron poursuit le travail engagé par son successeur, Arnaud Montebourg, sur les professions règlementées. Le gouvernement veut adopter le projet de loi dès cet automne, par ordonnances. Finalement, c’est la voie du débat parlementaire qui s’ouvre.Bien maigre consolation. Puis Emmanuel Macron tempère la réforme. En effet, la concertation n’a pas été de mise dans ce dossier. Si des brides du projet de loi, comme du rapport de l’Inspection générale des finances (IGF) ont été distillées (sciemment ?) dans la presse grand ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Marine Neweux, Clarisse Burger
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK