Stocks halieutiques : les quotas de pêche réduits pour 2014

CRB | 26.08.2014 à 15:43:28 |
© DR

La Commission européenne baisse les quotas de capture pour préserver certaines espèces de poissons.

La Commission européenne vient d’annoncer des réductions de quotas de capture pour 45 espèces de poissons. L’objectif est de remédier à la surpêche et « de garantir une utilisation durable des ressources halieutiques communes par les États membres. »

Les dix pays concernés sont la Belgique, le Danemark, la Grèce, l’Espagne, la France, l’Irlande, les Pays-Bas, la Pologne, le Portugal, et le Royaume-Uni qui ont dépassé leurs quotas en 2013.

Ces déductions de quotas s'appliquent sur les mêmes stocks que ceux qui ont été surexploités au cours de l'année précédente et des déductions supplémentaires sont appliquées en cas de surpêche ultérieure, en cas de dépassement des quotas de plus de 5 % ou lorsque le stock concerné fait l'objet d'un plan pluriannuel.

 

L’Union européenne applique les règles de la politique commune de pêche (PCP) révisée l’an dernier. Elle fixe des limites de captures (les ‘totaux admissibles de capture’ ou TAC), pour déterminer les quantités de poissons pouvant être prélevées par espèce et par zone de pêche. Elle se base sur le nouveau règlement européen.

Depuis 2009, l'état des stocks de poissons dans les eaux Atlantiques européennes et les eaux adjacentes se serait amélioré, avec la mise en place de réductions et de plans à long terme. Ainsi, le nombre d’infractions a baissé de 22% par rapport l’année 2012 selon la Commission.

En 2013, 31 espèces ont fait l’objet de quotas de pêche dans l’Atlantique Nord-est, 21 benthiques et démersales (cabillaud, langoustine, sole…), 7 pélagiques (anchois, maquereau, thon rouge…) et 3 espèces profondes (grenadier de roche, sabre noir et lingue bleue). «Si nous voulons lutter sérieusement contre la surpêche, il faut appliquer nos règles à la lettre, et ceci vaut aussi pour le respect des quotas. Je suis heureuse de constater que nous sommes mieux parvenus à les respecter en 2013 qu’au cours des années précédentes. Cela dit, pour assurer la bonne santé des stocks halieutiques européens, nous avons également besoin de contrôles efficaces pour faire respecter les règles en vigueur » déclare Mme Maria Damanaki, commissaire européenne chargée des affaires maritimes et de la pêche.

CRB
1 commentaire
avatar
Anonyme le 26-08-2014 à 09:33:02
Lingue bleue, sabre noir, etc. des conséquences désastreuses en effet de la pêche profonde, mais c'est aussi la destruction des écosystèmes
Et si les pays membres de l'Union tentent d'appliquer des quotas, qu'en est il des autres ?
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application
Télécharger l'application sous iPhone Télécharger l'application sous Android
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...