L’Ordre réagit aux exemples de dérives de l’usage des médicaments

06.07.2014 à 11:10:34 |
©

L’Ordre des vétérinaires s'exprime dans un communiqué de presse du 4 juillet dernier sur les exemples de dérives liées au médicament. Ce point fait suite à la vague de lobby médiatique qui a agité ces derniers jours, notamment dans Le Parisien du 29 juin.

Le contexte de ce début d’été n’est en effet pas neutre, et les attaques contre la profession non plus … En effet, les 7 et 8 juillet prochains, l’Assemblée Nationale examine la Loi d’avenir d’avenir agricole. Face à ces tentatives de discrédit qui ont ponctué ces derniers jours, l’Ordre entend ainsi « restituer la vérité des faits face à l’opération de dénigrement initiée ces jours-ci contre la profession vétérinaire, lui contestant, avec des arguments fallacieux, sa double qualité de prescripteur et de distributeur de médicaments pour animaux que lui reconnait la loi » explique en introduction le communiqué.
M.N.


La suite du communiqué :
« Les vétérinaires de France n’acceptent pas que leur probité soit remise en cause et souhaitent rappeler que lors des soins prodigués aux animaux, ils sont amenés à prescrire et à distribuer des médicaments uniquement dans le prolongement de leurs actes, c’est à dire après avoir examiné les animaux, établi un diagnostic, éventuellement procédé à une intervention chirurgicale et déterminé quels médicaments sont nécessaires en vue de la guérison.
En élevage, la prescription de médicaments vétérinaires n’est autorisée par la loi qu’au vétérinaire considéré comme le vétérinaire traitant de l’élevage concerné, c’est-à-dire celui qui en réalise les soins courants. Voilà pourquoi, la profession vétérinaire condamne fermement les pratiques déviantes d’usage des médicaments et même d’automédication de certains éleveurs sur leurs animaux. Ces pratiques dangereuses pour la santé publique sont hors la loi et s’inscrivent totalement à contresens des recommandations du plan Ecoantibio du Ministère de l’Agriculture, plan qui recueille l’adhésion pleine et entière des vétérinaires. Les vétérinaires, professionnels de santé animale et de santé publique disposant d’une formation de haute qualité assurée par l’Etat, connaissant le mieux les médicaments pour animaux, sont en effet mobilisés depuis des années pour réduire l’utilisation des médicaments au strict minimum. Par exemple, pour les antibiotiques, sans aucune mesure contraignante imposée, ils ont su contribuer en moins de cinq ans à la diminution globale de 25% de leur utilisation chez les animaux d’élevage.
Enfin, l’Ordre des vétérinaires s’élève contre la publication récente de chiffres erronés concernant les médicaments : les vétérinaires n’accaparent pas 95% des ventes de médicaments destinés aux animaux. En fait, la reconnaissance de leurs compétences par leurs clients conduit à ce qu’ils délivrent 66% des médicaments destinés aux animaux, à côté des groupements de producteurs pour 16%, des Pharmaciens d’officine pour 10% et des autres circuits de distribution pour 9% (source : LegiVeille/Auzalide).
Les vétérinaires ont un rôle de sentinelle sur tout le territoire pour identifier les maladies animales contagieuses, parfois mortelles, qui peuvent se transmettre à l’Homme. La très grande majorité des vétérinaires se dévoue pour la santé des animaux tant de compagnie que d’élevage. En France, 24h/24 et 7j/7, il est possible de trouver un vétérinaire pour prendre en charge un animal malade ou accidenté ».



2 commentaires
avatar
le 06-07-2014 à 12:03:54
Une communication auprès des médias bien utile ! A la profession de s'insérer dans le débat médiatique en effet, pour éviter les articles orientés et faux de certains journaux grand public ... d'ailleurs un droit de réponse est il prévu dans Le Parisien ?
avatar
Nicolas Muller, Vétérinaire le 10-07-2014 à 09:10:45
L'Ordre ne prêche que des convaincus, c'est au grand public qu'il faut le faire savoir, pas à la profession ... Décidément, les pharmaciens communiquent beaucoup mieux que nous !
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application
Télécharger l'application sous iPhone Télécharger l'application sous Android
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...