Les médicaments vétérinaires vus par le quotidien Le Parisien

M.N. | 29.06.2014 à 09:37:53 |
©

La Une du quotidien de ce dimanche 29 juin se veut provocatrice en titrant sur « Le business juteux des vétérinaires ». Fond de lobby alors que des discussions sur la Loi d’avenir auront lieu les 7 et 8 juillet prochains en séance publique à l’Assemblée ?

La rengaine du découplage est relancée : « Contrairement à un médecin, le vétérinaire a une double casquette : il est à la fois prescripteur et distributeur de médicaments » poursuit le quotidien. « Cela leur permet de capter 95 % de ce marché » peut – on aussi lire. Notre confrère Michel Baussier, président du Conseil supérieur de l’Ordre, s’exprime dans les colonnes du quotidien.

M.N.
9 commentaires
avatar
écœurée le 29-06-2014 à 18:51:34
...à priori, vu le titre, Michel Baussier n'a pas été convaincant...je suis lasse, et c'est peu dire, des attaques perpétuelles sur le thème "ils s'en mettent plein les poches alors qu'on leur a payé leur formation"... Faut il que nous affichions publiquement nos rémunérations? Les journalistes sont ils incapables de sortir du 16eme arrondissement pour aller vérifier nos tarifs dans le vrai monde? Dans quelques années, quand les "journalistes" du Parisien pourront titrer "Médicaments vétérinaires : le juteux business des pharmaciens", auront-ils la décence de regarder par-dessus leur épaule pour s'interroger sur leurs pratiques...?
avatar
le 30-06-2014 à 00:06:46
Démagogie du quotidien pour faire un titre à scandale ! Et du lobbying de média, dernier allié, alors que dès que les professionnels se penchent sur la question, ils aboutissent à la reconnaissance que le couplage est bien plus pertinent que le découplage
avatar
le 01-07-2014 à 22:29:04
La présence de M. Leclerc à la une aurait-elle un lien? On s’interroge...
avatar
lassé le 02-07-2014 à 19:16:16
Article de m.... dans un journal de m..... piloté par le lobying de pharmaciens de m.... Si les journaliste du parisiens étaient capables d'un travail de fond cela se saurait non. Ce style de papier c'est leur business qui par les temps qui courent n'est à leur grand damne plus très juteux...
avatar
SEBASTIEN POLIN, Vétérinaire le 03-07-2014 à 10:22:33
Prenons les au mot. Invitons tous un journaliste du parisien à passer quelques jours à nos côtés et jouons carte sur table sur nos rémunérations....
avatar
François le 04-07-2014 à 11:04:41
Leur article pourrit plus précisément s'appeler le juteux business de l'industrie pharmaceutique vétérinaire
avatar
qU4ON EN FINISSE ! le 04-07-2014 à 13:07:47
Si c'est si juteux, pourquoi ne trouve-t-on plus de veto, ni associé ni collaborateur ni salarie dans nos campagnes. Franchement, les pharmaciens ruraux ferment-ils leur porte à la retraite en mettant leur clé sous le paillasson et en disant adieu à la cession de leur (petite) entreprise ?
Et pourquoi à l'heure actuelle s'ouvre-t-il plus de magasins d'optique en campagne que ne se reprennent de belles clientèles rurales ou mixtes avec des éleveurs qui, la plupart, souhaitent la présence d'un veto à leurs côtés.
avatar
le 05-07-2014 à 18:04:57
Voilà le système se retourne contre nous!
Arrêtons la langue de bois, Je trouve déplorable d'avoir dévaloriser nos actes (sous-tarifs) et d'avoir pour seul objectif d'obtenir toujours plus de remises commerciales.
Ne devenons pas des pharmaciens quand même!!! Cette profession libérale, "subventionnée par l'état" (vente de médicaments humains remboursés) n'a aucune crédibilité quant à la vente de med vétos. De nombreuses officines ne respectent déjà pas le principe de santé publique en délivrant des médicaments antagonistes à certains patients. Le leur seul objectif est toujours plus de profit, au détriment de la santé publique.



avatar
xLQKgjy0 le 19-02-2015 à 10:34:53
La réaction a été supprimée car elle ne respecte pas la charte du site.
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK