Valoriser le capital des seniors en entreprise

Françoise Sigot
| 05.06.2014 à 16:02:50 |
©

La gestion des seniors ne s’improvise pas, d’autant plus qu’ils participent à la création de valeur. De leur intégration dans la clinique au maintien de leur motivation, un plan d’actions existe pour compter avec eux.

Diriger les salariés qui arrivent en seconde partie de carrière n’est pas toujours simple au sein d’une clinique. Pourtant, quelques leviers permettent de mieux les intégrer dans la politique de ressources humaines et de créer de la valeur avec eux. À plus grande échelle, un nombre croissant de seniors ont du mal à rester dans leur entreprise, alors que les mesures d’accompagnement pour l’embauche ou le maintien en poste des travailleurs de plus de 50 ans se multiplient. Ce paradoxe n’a pourtant pas lieu d’être.
Contrairement aux idées reçues, les actifs les plus âgés et les plus expérimentés, toutes activités confondues, sont en général capables d’évoluer, dès lors qu’ils sont sollicités. En effet, bon nombre d’entre eux s’inscrivent dans une dynamique d’apprentissage permanente. « Les seniors travaillent majoritairement pour l’entreprise, tandis que les jeunes pensent davantage à leur carrière et peuvent être dans une posture bien plus individualiste que leurs aînés », constate François Humbert. Le dirigeant fondateur de Senior Consulting insiste aussi sur le caractère opérationnel des plus âgés. « Nous constatons à l’occasion d’un recrutement que les seniors savent s’adapter rapidement, observe ce spécialiste de leur recrutement. Par ailleurs, ils sont très fidèles. Lorsqu’elle est embauchée, une personne d’une cinquantaine d’années reste aujourd’hui plus de dix ans à son poste, alors que les jeunes occupent un emploi durant cinq à six ans au maximum en moyenne. »
Au-delà de ce constat, il reste que pour intégrer ces collaborateurs à une équipe ou pour maintenir leur motivation, il convient d’être attentif à créer des conditions appropriées. Revue de détail des leviers favorables à leur emploi et à la transmission de leurs compétences.

Faire des points réguliers
Il est désormais acquis qu’un des piliers d’une gestion des ressources humaines réussie passe par des entretiens réguliers. Cependant, les managers qui ont tendance à penser que, après des années de pratique et une connaissance parfaite des us et coutumes de leur structure, les seniors n’ont plus besoin que la hiérarchie se penche sur leur cas sont encore trop nombreux. C’est l’erreur à ne pas commettre. « Dans une équipe où cohabitent des jeunes et des moins jeunes, les seniors sont souvent décontenancés par l’attitude des premiers, indique Véronique Rivalier, consultante associée et coach au sein du cabinet lyonnais Profil RH.

Retrouvez l'intégralité de cet article dans La Semaine Vétérinaire n°1588 en pages 36 à 37.

Françoise Sigot
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application
Télécharger l'application sous iPhone Télécharger l'application sous Android
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...