La Fédération vétérinaire européenne réunie à Biarritz

Karin de Lange
| 05.06.2014 à 16:44:52 |
©

Les médicaments, la nouvelle loi de santé animale, ainsi que la dérégulation et la compétitivité des professions libérales ont été abordés lors de la dernière assemblée générale de la FVE.

La solidarité, l’unité, le respect, l’humilité, l’intelligence tactique, la complicité et la convivialité sont des valeurs du rugby, un sport populaire à Biarritz (Pyrénées-Atlantiques), où s’est déroulée l’assemblée printanière 2014 de la Fédération vétérinaire européenne (FVE). Elles s’appliquent également à cette dernière, selon son président Christophe Buhot.

La corporate veterinary practice progresse
La corporate veterinary practice suédoise a fait l’objet d’une présentation lors d’un atelier. Inexistantes jusqu’en 2012, les corporate practices représentent actuellement 50 % environ du marché, selon Torsten Jakobsson, président de l’association vétérinaire suédoise. Evidensia, la plus grande entreprise, détient 90 hôpitaux vétérinaires en Suède et dans les pays voisins, et emploie quelque 1 200 employés, dont 500 confrères. Son chiffre d’affaires annuel dépasse 130 millions d’euros. Anicura, le numéro deux (55 hôpitaux, 1 000 employés, dont 400 vétérinaires), s’occupe de quelque 500 000 chiens, chats et autres animaux de compagnie.
René Carlsson, de l’association vétérinaire américaine (Avma), a présenté les trois principales entreprises vétérinaires des Etats-Unis : le Banfield Pet Hospital (plus de 800 cliniques), le VCA Animal Hospital (plus de 600 cliniques réparties dans 42 États) et le National Veterinary Associates, qui procèdent actuellement à des rachats de cliniques. Grâce à l’économie d’échelle, le Banfield Pet Hospital a actuellement un ratio personnel auxiliaire (« bien formé »)-vétérinaire de 7 à 1. Le succès de ces grandes entreprises est largement dû à « l’illettrisme financier » de bon nombre de structures plus petites, a expliqué notre consœur. « La bonne nouvelle, c’est que les compétences en affaires s’acquièrent ! », a-t-elle ajouté, en précisant que la division de gestion de l’Avma avait mis en place de nombreux cours de formation.

Retrouvez l'intégralité de cet article dans La Semaine Vétérinaire n°1588 en pages 14 à 16.

Karin de Lange
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK