Commissariat aux comptes : y recourir ou non

Jacques Nadel | 03.04.2014 à 17:09:01 |
©

Une structure vétérinaire peut être tenue de nommer un commissaire aux comptes, selon son statut juridique et certains seuils de chiffre d’affaires et d’effectifs, à la clôture de l’exercice annuel.

Depuis la loi du 16 juillet 2013, le vétérinaire a la possibilité d’exercer sous diverses formes de sociétés de droit national et de droit européen (sauf les sociétés en nom collectif, SNC). Selon la forme juridique choisie et le dépassement de certains seuils (au cours de la vie sociale), il devra (ou non) nommer un commissaire aux comptes pour l’audit de sa comptabilité. « Le non-respect de l’obligation de nomination d’un commissaire aux comptes comporte de graves conséquences, puisqu’il est puni d’une peine de deux ans d’emprisonnement et d’une amende de 30 000 €, avertit François-Xavier Coussin, expert-comptable et commissaire aux comptes au ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Jacques Nadel
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK