Les notifications de cas humains d’origine zoonotique en baisse

Stéphanie Padiolleau | 06.03.2014 à 17:48:41 |
©

En 2012, d’après les données du rapport européen*, la campylobactériose était la zoonose la plus fréquemment enregistrée, suivie par les salmonelloses.

L’Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) et le Centre européen pour la prévention et le contrôle des maladies (ECDC) ont publié, en février 2014, le rapport sur les épidémies d’origine zoonotique chez l’homme en 2012, fondé sur les notifications enregistrées dans le cadre de la directive 2003/99/EC. Bien que les chiffres avancés dans ce rapport annuel soient à prendre avec des pincettes en raison du manque d’harmonisation entre les différents États membres, une baisse des notifications est observée pour la plupart des agents zoonotiques, à deux exceptions près. Pour plus d’informations, voir La Semaine Vétérinaire n° 1575 du 7/03/14 ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Stéphanie Padiolleau
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK