Fiscalité d’entreprise : 10 pistes à explorer en 2015

Jacques Nadel | 29.01.2015 à 11:23:28 |
©

Pour optimiser à bon escient la situation fiscale et sociale de sa structure vétérinaire, plusieurs solutions légales existent. Voici dix moyens d’y parvenir.

Les solutions d’optimisation et d’exonération fiscale pour une petite entreprise doivent être appliquées avec discernement, afin de ne pas prendre de risques. Voici une dizaine de règles fiscales de déductibilité que le chef d’entreprise peut appliquer.

Payer ses impôts en créances fiscales
Il est permis, pour une entreprise, d’utiliser comme moyen de paiement les créances qu’elle détient et de les imputer sur des échéances futures d’impôts professionnels. Il peut s’agir de crédits ou d’excédents de taxe ou d’impôt. Quelques règles sont à respecter. Cette modalité de paiement n’est possible que sur demande expresse du contribuable, à l’aide d’un formulaire téléchargeable sur www.impots.gouv.fr. Cette imputation peut être effectuée lors du dépôt d’une demande de remboursement d’impôt (ou lors d’une échéance). Le dirigeant a tout intérêt à demander l’imputation plutôt que d’attendre le remboursement. Cependant, la demande ne peut concerner que des échéances fiscales futures dont la limite de paiement se situe au moins 30 jours après avoir déposé la demande.

Jacques Nadel
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK